Top 10 des films fantastiques

Un classement très subjectif de films, où le surnaturel, avec ses airs très naturels, surgit dans le monde réel. Ces films m’ont marqué.
Ce n’est pas pour ça que je les ai tous aimé. Il y en a pour tous les goûts 🙂

Je m’étonne que le plus récent de ces films date de 2004. J’ai deux explications.

Soit ma culture cinématographique, des années 2000 à nos jours, est d’une pauvreté absolue (je suis de loin l’actu ciné, c’est l’explication la plus probable) ; Soit le genre fantastique se restreint vers des styles que je ne goûte guère : le gore, les zombis et les super-héros. J’ai du mal à le croire mais après tout pourquoi pas. Depuis le début des années 2000, il est d’usage de se désenchanter d’un monde où le réel, incertain, perd de son attrait pour des mondes virtuels. La science-fiction et la fantaisy semblent plus calibrées pour exprimer les craintes et les émerveillements de notre époque.

Bref, dans ma liste y’a des pépites ! Dans des styles très différents. Cette diversité fait la richesse du genre Fantastique. Si vous voyez d’autres films, n’hésitez pas à commenter.

Un jour sans fin, Harold Ramis, 1993

Pour l’humour ! C’est clairement l’un des films les plus drôles que je connaisse. Les fans du films estiment que Phil Connors serait resté coincé dans le même jour pendant 33 ans et 350 jours. Il a eu le temps d’apprendre le piano, la sculpture sur glace, etc. C’est aussi le temps nécessaire qu’il lui a fallu pour conquérir Andie MacDowell. Pas simple.

Le Voyage de Chiriro, Hayao Miyazaki, 2002

Pour la poésie ! Comme pour toute l’œuvre de Miyazaki. Et pour l’imagination d’un monde fantastique où une petite fille se trouve coincée dans un palais de cures pour esprits. J’aime la confusion d’un surnaturel à la fois beau et effrayant ; ce doute où les esprits sont doux et terrifiants.

Edward aux mains d’argent, Tim Burton, 1990

Pour la poésie (aussi !) avec un Frankenstein des temps modernes, le côté effrayant en moins. C’est le premier film du duo Tim Burton et Johnny Depp. J’ai bien aimé les couleurs. Le film a reçu le Saturn Award du meilleur film fantastique en 1992.

Mulholland Drive, David Linch, 2001  

Pour… l’incompréhesion ! Je n’ai rien compris à ce film. Rien ! Je me souviens juste qu’il est beau. Esthétiquement. Alors pourquoi le mettre ? Peut-être justement parce que je n’ai rien compris ; parce que que le film défi le rationnel ; parce que dans cette histoire qui semble bien réelle, finalement… rien n’est rationnel. Vous suivez ?

Fight Club, David Fincher, 1999

Pour le mythe ! C’est l’un des films qui m’a le plus marqué. C’est aussi un film générationnel et un lointain clin d’œil aux auteurs fantastiques qui exploraient la folie. Rien n’est surnaturel dans ce film, mais on s’y rapproche. Je suis sûr que Maupassant aurait aimé ce film 🙂 Un autre film de David Fincher, purement Fantastique, aurait pu figurer dans ce classement : L’Etrange Histoire de Benjamin Button.

La Mouche, David Cronenberg, 1986

Pour l’horreur ! Parce que ce film m’a fait peu quand j’étais petit. Et parce que je ne voulais pas, mais alors vraiment pas, me retrouver dans le peau de Jeff Goldblum.

Entretien avec un vampire, Neil Jordan, 1994

Pour le fantasme… franchement qui n’a jamais rêvé d’une vie éternelle ? Est-ce vraiment l’enfer promis ? L’image du vampire est aux origines du genre fantastique. J’ai lu toute la saga d’Anne Rice. C’est flippant, c’est tentant… j’adore son univers. Le film de Neil Jordan est une belle porte d’entrée à la sanglante saga.

L’Effet Papillon, Eric Bress et J. Mackye Gruber, 2004

Pour la folie ! Ce film est un puzzle où le héro peut revenir dans le passé et changer le cours des évènements. L’histoire révèle aussi la force d’incarnation du fantastique, en l’occurrence : que se passerait-il si on était dans la peau du héro ? Que changerait-on à sa place ?

Dans la peau de John Malkovich, Spike Jonz, 1999

Pour l’originalité ! S’arrêter à l’étage 7 1/2 ; découvrir une porte secrète et se retrouver dans la tête de Jonh Malkovich. Whaaaa… quelle belle idée !

Rosemary’s Baby

Pour l’horreur ! Difficile de parler de films fantastiques sans évoquer Roman Polanski. J’aurais aussi pu mettre Le Locataire ou Le Bal des Vampires. Rosemary’s Baby m’a juste cloué au fond de mon lit.


Les Fantaisies du Mal, mon premier roman fantastique, est sorti le 3 janvier 2

Lire le premier chapitre

Un avant-goût ? Découvrez la nature du Mal via l’un des principaux personnages : Léo-Pol Medvedev.

Commander le livre

En eBook (1,99 €) ou en papier, Les Fantaisies du Mal est disponible sur plusieurs plateformes 😉

Pour en savoir plus sur l’expérience d’écriture, sur l’influence du fantastique dans les arts etc. et discuter comme au café du commerce, il y a ce blog mais aussi les pages facebook et instagram.

Et si vous avez lu le livre, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.